Les chiffres clés

Made In Val de Loire c’est :

  • 2 jours de manifestation
  • 90 entreprises exposantes
  • 8 000 visiteurs
  • 98% des exposants satisfaits* de leur participation
  • 7 institutions de l’enseignement supérieur représentées
  • Des partenaires prestigieux
  • Un salon gratuit accessible au plus grand nombre

* : Étude satisfaction réalisée par les étudiants de l’IAE Tours sur l’édition 2015

48h d’innovations techniques et technologiques, C’est à Tours les 24 et 25 mars 2017!

L’édition 2017 : L’industrie 4.0

Venez découvrir nos entreprises régionales leaders de l’Industrie 4.0, au salon Made In Val de Loire, les 24 et 25 mars 2017, au centre des congrès Vinci à Tours.Venez vous familiariser avec les technologies de demain (big data, fabrication additive (3D), intelligence artificielle, cobotique, robotique, intégration numérique, capteurs, objets communicants, modélisation numérique, réalité augmentée…) grâce aux 100 entreprises exposantes et comprendre leurs applications dans le quotidien de nos industries et l’incidence sur les futurs métiers et formations !

Entrée gratuite pour tous les visiteurs. Ouverture au public vendredi 24 mars à 13h00.

Identifié comme la 4ème révolution industrielle et autrement appelé Industrie du Futur, le déploiement du numérique au sein de nos entreprises (la digitalisation) va considérablement faire évoluer notre modèle actuel. L’usine du futur, forte de l’intégration de ces nouvelles technologies, se transforme en « smart manufacturing » à la fois plate-forme digitale et outil de production.

La combinaison de ces technologies va rendre nos industries plus agiles,  plus flexibles et plus compétitives, notamment grâce à la gestion des données de masse, la multiplication des capteurs, la communication réciproque entre les machines désormais connectées, les relations intégrées avec nos clients et fournisseurs et un meilleur taux d’utilisation de nos outils de production.

Elles seront également encore plus soucieuses de leurs collaborateurs, grâce au développement de la robotique et de la cobotique, et de l’évolution de leurs métiers vers des tâches à plus forte valeur ajoutée, mais aussi de l’environnement, avec une optimisation des flux énergétiques, issus notamment de la réduction des déchets.